Pages techniques Veritec Competition

Les coussinets

Dans les moteurs à explosion, les coussinets constituent un élément important. Pour cette raison, leur développement est étroitement lié à celui des moteurs. D'une façon générale, les exigences complexes et les sollicitations élevées au niveau des coussinets des éléments tournants du moteur, tels que vilebrequins, bielles, poussoirs et arbres à cames, obligent aujourd'hui à l'utilisation de matériaux parfaitement adaptés à l'application considérée. A cet égard, la grande variété de combinaisons de matériaux éprouvées disponibles facilite désormais aux ingénieurs de faire le bon choix.
 
Types de coussinets et désignations

Coussinets lisses
Les coussinets lisses sont utilisés aussi bien pour les paliers de bielle que pour les paliers principaux. Fréquemment, ce sont des coussinets de paroi mince en matériau composite. Les coussinets à deux matériaux comportent un dos en acier, plaqué de métal antifriction (souvent de l'aluminium avec comme additifs de l'étain et du cuivre). Dans les coussinets à trois matériaux, le metal antifriction (du cuivre avec comme additives du plomb et de l'étain) est appliqué sur le dos en acier par moulage ou par frittage-laminage-frittage. Un "barrage de nickel" (empêchant la diffusion) sépare le métal antifriction de la couche de glissement galvanisée.

Les coussinets lisses

Fixation par écartement du coussinet
Le coussinet, mesuré d'un plan de joint à l'autre, est plus grand que le diamètre de l'alésage. Au montage, il en résulte un bon appui sur la paroi d'alésage, empêchant toute désolidarisation ou torsion.

Ajustage serré grâce au dépassement
La longueur circonférentielle des coussinets est supérieure à celle de l'alésage de logement. Au montage, elle est réduite de façon élastique.
La tension qui en résulte provoque la pression de serrage garantissant l'ajustement correct du coussinet.    

Bagues de bielle
A quelques d'exceptions près, les bagues des bielles, des arbres à cames ou des culbuteurs sont des bagues composites, à paroi mince. A partir de feuillards revêtus, on fabrique par estampage des platines qui comportent déjà les trous de graissage, les gorges de graissage, les réserves de graissage ou les encoches de fixation. Ensuite, ces platines sont roulées pour obtenir les bagues, opération susceptible d'entraîner des déformations des gorges et trous. Aussi bien des jointures ouvertes que des jointures à cramponnage sont possibles.
   
Flasques latéraux
Dans le moteur, les flasques latéraux remplacent conjointement avec les coussinets lisses les coussinets de butée. Elles se chargent alors du guidage axial du vilebrequin. Pour les reprendre, les carters-moteurs sont spécialement conçus, car il faut assurer un guidage fiable le long du diamètre extérieur des flasques latéraux et empêcher toute torsion. Pour cette raison, les carters conçus pour l'utilisation de coussinets de butée ne peuvent être équipés de flasques latéraux.

Dans certains cas, au moment de la révision, il serait théoriquement possible de doter de coussinets de butée les moteurs qui, à l'origine, étaient équipés de flasques latéraux. Mais, dans la pratique, il faut tout de même recourir aux flasques latéraux afin d'assurer des conditions optimales en termes de dimensions (surface portante) et de matériau. Les flasques latéraux n'étant pas compris dans le jeu de paliers principaux, ils doivent être commandés séparément.

Les efforts axiaux résultant de la pression de l’embrayage sont absorbés par les flasques latéraux.